Chargement…

Saveur du Feu

Cyanographie de Azul LOEVE
21 x 29,7 cm | 2020
Encre cyanotype sur papier Etival

Catégories : , , ,

Description

Saveur du Feu

 

Ce visuel accompagne la mise en musique
d’un poème de Boris Vian par le collectif  Fraench SR

Je voudrais pas crever 1951

Un poème extra long qui se retrouve souvent en chanson.
Et ci-dessous, presqu’en entier

 

FRAENCH

Cette collection est issue d'une création croisée entre des musiciens, des poètes et une peintre, Azul Loeve. Cette petite communauté fût organisée par un camarade chanteur pendant le premier confinement, il voulait des textes, des mélodies, des illustrations, du rythme et surtout une aventure artistique.

Tout se monte via les réseaux sociaux, les messages fusent, des allers-retours se font entre les premiers textes, les lignes de guitares, les esquisses. La Fraench Social Republik trouve son nom, affine ses premières productions, les visuels se synchronisent à des titres. Certains participent sous anonymat, nouveaux surnoms, en side-project de leur groupe habituel ou en featuring sur un morceau... le collectif est mouvant.

Depuis l'automne 2020 certains morceaux sont sortis sur la page facebook de la Fraench SR, avec les cyanographies en illustration, et une exposition de Azul Loeve était prévue en octobre à Paris... avec concert et performance dessinée. Les restrictions exceptionnelles de cette année empêchent de recevoir du public, les œuvres sont donc présentées sur le site de l'artiste dans une version originale, sans les ajouts graphiques du groupe.

Je voudrais pas crever
Avant d’avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les singes à cul nu
Dévoreurs de tropiques
Les araignées d’argent
Au nid truffé de bulles

Je voudrais pas crever
Sans savoir si la lune
Sous son faux air de thune
A un coté pointu
Si le soleil est froid
Si les quatre saisons
Ne sont vraiment que quatre
[…]

Et il y a z aussi
Tout ce que je connais
Tout ce que j’apprécie
Que je sais qui me plaît
Le fond vert de la mer
Où valsent les brins d’algues
Sur le sable ondulé
L’herbe grillée de juin
La terre qui craquelle
L’odeur des conifères
Et les baisers de celle
Que ceci que cela
La belle que voilà
Mon Ourson, l’Ursula
Je voudrais pas crever

Avant d’avoir usé
Sa bouche avec ma bouche
Son corps avec mes mains
Le reste avec mes yeux
J’en dis pas plus faut bien
Rester révérencieux

Je voudrais pas mourir
Sans qu’on ait inventé
Les roses éternelles
La journée de deux heures
La mer à la montagne
La montagne à la mer
La fin de la douleur
Les journaux en couleur
Tous les enfants contents
Et tant de trucs encore

Qui dorment dans les crânes
Des géniaux ingénieurs
Des jardiniers joviaux
Des soucieux socialistes
Des urbains urbanistes
Et des pensifs penseurs
Tant de choses à voir
A voir et à z-entendre
Tant de temps à attendre
A chercher dans le noir

Et moi je vois la fin
Qui grouille et qui s’amène
Avec sa gueule moche
Et qui m’ouvre ses bras
De grenouille bancroche

Je voudrais pas crever
Non monsieur non madame
Avant d’avoir tâté
Le goût qui me tourmente
Le goût qu’est le plus fort
Je voudrais pas crever
Avant d’avoir goûté
La saveur de la mort…

Informations complémentaires

Oeuvre d'art

sur papier Etival 250gr

Dimensions

21 x 29,7 cm

Collection

Fraench

Artiste

Azul Loeve

Année

2020

Exposition

Inédit

Disponibilité

Bientôt en vente

Aller en haut